L’addiction de la rivalité…

imagesJacques et Jean,  même s’ils ont été témoins sur la montagne de la transfiguration de Jésus, ont encore à vivre ce qu’ils voient et pratiquer  ce qu’ils entendent. Leur demande, via celle de leur mère, atteste une chose : ils ne sont pas encore complètement investis dans la bonne nouvelle qu’ils annoncent sous la houlette pastorale de leur maître. Ils ne sont pas encore complètement donnés à Jésus, «désincarnés» d’eux-mêmes.

Publicités

Deuxième Dimanche de Carême

images.jpegCe temps de carême est un temps de transfiguration, tendu vers la résurrection, un temps pour transformer notre regard sur Dieu ; un temps surtout pour transformer notre regard sur nous-mêmes et vivre une nouvelle naissance : Pour certains, il s’agira de vivre un deuil de manière plus apaisée,  pour d’autres de porter un regard non douloureux sur une cicatrice de l’existence,  pour d’autres encore, il s’agira de quitter un projet qui retient en arrière, ou  de passer sur une autre versant de l’existence…

Pain multiplié…

images-1Pour ouvrir les yeux de ses disciples, instruments choisis (cf. Ac 9, 15), pour leur faire comprendre le mystère de sa personne, Jésus leur offre dans le pain multiplié une thérapie de choc. Son geste nous projette dans l’infini de Dieu. Il fait sauter les limites étroites du langage humain. Nous sommes tous exposés en permanence au risque de réduire Dieu et sa parole à ce que nous en comprenons, à ce que nous croyons en comprendre et surtout à ce que nous voulons en comprendre. À ce que nous voyons ou croyons voir aussi.

Demande de signe…

UnknownDepuis les origines du monde, Dieu ne peut se laisser trouver que là où se trouve l’humain que nous sommes. Voilà notre difficulté, celle d’hier et d’aujourd’hui. Voilà ce que nous devons comprendre.  Nous avons peine à saisir que Dieu est tellement dépossédé de lui-même qu’il ne se tient pour rien. Qu’il est tellement dépouillement qu’il n’est rien sans nous. Que nous sommes tellement Lui qu’il ne lui sert à rien de se déclarer Dieu si nous ne voyons pas que Dieu est nous. Nous sommes des élus, des prédestinés pour être des signes de Dieu.

 

vivre-la-foi-agenda-727x412L’Evangile de ce jour pourtant nous invite à vivre un chemin d’introspection. Oh certainement pas pour nous mettre à nous culpabiliser car nous ne sommes pas parfaits, que Dieu soit-disant attendrait encore plus et mieux de nous. Non, cette théologie là est heureusement complètement dépassée. Par contre, Jésus nous convie à ce chemin de vérité. Suis-je en accord avec moi-même ? Suis-je juste dans mes relations, dans mes paroles ? Suis-je apôtre de Dieu par le témoignage de ma vie dont mes pensées, mes actes traduisent la foi qui m’habite ? Les réponses à ses différentes questions sont essentielles pour la transmission de la foi. Si celle-ci se transmet par contagion, il ne s’agit plus de beaux discours, de belles affirmations sans lendemain. Non la foi devient plutôt une manière d’être et de vivre. A ces questions, je ne puis répondre à votre place. Donnons-nous alors le temps d’envoyer notre réponse à Dieu. C’est une affaire personnelle entre Lui et chacune et chacun de nous.

 

Frères, j’aimerais tellement vous voir libres!

ob_9734ea_attachement-au-seigneurSœurs et frères bien-aimés en ce dernier dimanche du mois ou nous retrouvons désormais les familles pour répondre à la dynamique pastorale que nous propose notre curé à la suite d’Ecclesiam 2020, pas sûr que ce soit les soucis familiaux qui feraient que Paul s’exclamerait ainsi s’il nous parlait aujourd’hui. Regardons plutôt ce qui nous fait souci, ce qui nous rend esclaves, ce qui ferait que, plein de sollicitude, Paul aimerait tellement nous voir libres.

 

%d blogueurs aiment cette page :