Mardi 18e semaine ordinaire

Unknown.jpegJésus marche sur l’eau, il va même faire marcher Pierre sur les vagues et il va lui prendre la main pour l’empêcher de l’enfoncer dans l’abîme. Comment comprendre cette histoire? On peut, bien sûr, se dire que c’est une belle histoire qui montre la puissance de Jésus, mais qu’est-ce que ce miracle signifie pour nous aujourd’hui, dans notre situation?
Cette histoire rejoint notre vie, chaque fois que nous vivons ou que nous nous préparons à vivre un passage, une traversée. Notre vie est faite de passages difficiles, de traversées angoissantes.

 

Publicités

Fête de la Transfiguration

Unknown.jpegLe 6 août, quarante jours avant l’Exaltation de la Croix, la Transfiguration du Seigneur rappelle comment le Christ voulut « préparer le cœur de ses disciples à surmonter le scandale de la croix », mais elle est aussi une annonce de la « merveilleuse adoption » qui fait de tous les croyants des fils de Dieu en son Fils Jésus, et de la clarté dont resplendira un jour le corps entier de l’Eglise.

Le quarantième jour avant l’Exaltation de la sainte Croix, nous célébrons la Transfiguration du Seigneur. La fête est connue en Orient dès la fin du Vème siècle. Elle commémore vraisemblablement la dédicace des basiliques du Mont Thabor.

La fête du Seigneur, la Transfiguration célèbre la vision de la Gloire du Christ qu’eurent Pierre, Jean et Jacques, huit jours après la confession de Pierre à Césarée et la première annonce de la Passion. Le Seigneur voulait fortifier leur cœur à la perspective des souffrances qui l’attendaient, et leur dire déjà, comme il le décla­rera aux disciples d’Emmaüs : « Ne fallait-il pas que le Christ endurât ces souffrances pour entrer dans sa Gloire ? » (Lc 24, 26).

(Source: https://liturgie.catholique.fr/)

Vendredi 17e Semaine Ordinaire

imagesIl n’est pas venu faire la guerre, il est venu ouvrir un chemin de paix, en sacrifiant sa propre vie. Il est venu dire la Vérité  qui conduit à la Vie… et certains ne l’ont pas entendu parce qu’ils ne voulaient pas l’entendre.

Et aujourd’hui quand est-il ? Voulons-nous vraiment entendre la parole de Dieu dans notre vie ? Voulons-nous vraiment accepter Jésus comme le Fils de Dieu ? Comme celui qui nous montre le bon chemin et qui nous ouvre à la vie éternelle ? Ou préférons–nous lui dire nous aussi d’aller voir ailleurs, car ses paroles nous dérangent dans notre conception de la vie, dans nos projets personnels ?

C’est à chacun de nous que Jésus se présente comme Seigneur et Sauveur …. Mais la liberté de l’accueillir ou de le refuser nous appartient !   ( cf. Luc 4/16.30)

Fête de Saint Alphonse de Liguori

UnknownDemandons à ce grand moraliste, si peu moralisant que fut saint Alphonse de Ligori, de nous aider à entrer dans cette conversion morale de toute notre vie qui ne peut se faire que dans une rencontre permanente, quotidienne et essentiellement amoureuse de la personne même de Jésus-Christ.

 

Fête de St Ignace de Loyola

UnknownQu’est-ce que nous proposent ces fameux exercices ? Si on voulait résumer, c’est toute une pé­dagogie de contemplation du mystère du Christ, avec des images fortes comme les deux étendards (ceux qui l’ont fait savent de quoi je parle), c’est l’homme qui choisit d’être choisi par Dieu. L’homme après avoir reconnu son péché, après avoir reconnu l’action du Christ, le règne de Dieu sur terre choisit de s’engager du côté de Dieu. Je trouve cette pédagogie, qui ne convient sans doute pas à tout le monde, il ne s’agit pas non plus d’être absolu dans ce domaine-là mais cette pédagogie peut aider justement des personnes, à emboîter leurs pas dans ceux du Christ.

17e Dimanche ordinaire

UnknownPendant cinq dimanches de suite, nous allons entendre le discours sur le Pain de vie, le chapitre VI de l’évangile selon St Jean. Il commence par un miracle. Et quel miracle !

Jésus est là, sur la montagne, avec ses disciples. Saint Jean nous dit que « c’était un peu avant la Pâque, qui est la grande fête des Juifs » Jn.6,2

Et bien, je crois que ce n’est pas par hasard si Jean situe la multiplication des pains dans un contexte pascal. Pour mieux comprendre ce passage de l’évangile, il faut alors le lire à la lumière de ce que la Pâque représentait pour un juif.

Homélie du Samedi 28

Homélie du Dimanche 29

 

Vendredi de la 16e Semaine Ordinaire

UnknownEtre croyant ce n’est pas être un doux naïf ! On l’a vu dans le récit de la tempête apaisée. Ceux qui croient que l’Evangile veut nous dire… comment Jésus traverser le lac de Tibériade à pied quand il ne trouvait pas de barque…  sont à côté de ce que les Evangiles veulent nous dire : Eux, ils veulent nous parler du Christ agissant aujourd’hui dans nos vies, apaisant nos tumultes intérieurs quand nous sommes prêts de couler – et c’est pourquoi ils écrivent ce récit en faisant références à plein de passages de l’Ancien Testament et des psaumes. Certains ici ont fait des études, ont des diplômes, certains sont même universitaires : vous devez avoir une foi qui soit à la hauteur de votre formation humaine et scientifique.

 

Fête de l’Apôtre st Jacques

Sommes-nous-prets-a--600x600.jpgOui, la mère de Jacques et Jean, madame Zébédée,
n’a pas tort de demander des bonnes places pour ses fils
dans le Royaume des Cieux.
Mais elle doit encore,
les apôtres doivent encore,
nous devons encore,
renoncer à l’esprit du monde.

C’est l’esprit de compétition,
qui use d’influence humaine
et parfois de méthodes malhonnêtes.
C’est un esprit de peur,
qui veut mettre de côté les autres.
Et le pape François dénonce souvent cette mondanité,
présente même parfois dans l’Église.

 

Mercredi 15e Semaine Ordinaire

UnknownFaites ce que je dis, mais ne prenez pas exemple sur moi. Je vous l’avais dit : C’était le piège de cette prédication. Peut-être même que comprendre ce que je viens de vous dire n’a finalement aucune espèce d’importance car cela reste toujours un beau discours théologique une belle homélie. Et les belles homélies de sauvent pas forcément, Dieu seul sauve, alors pour être clair avec vous ce matin, présentement comme disent les canadiens : une Seule chose compte : vous laisser toucher par la grâce.

15e Dimanche Ordinaire B

imagesSœurs et frères, l’habit du mendiant est la tenue des missionnaires qui dans leur indigence ne peuvent se prendre pour des parfaits et doivent recourir à la ruse. Ils annoncent une Parole qu’eux-mêmes n’écoutent guère : « Je ne fais pas le bien que je voudrais, mais je commets le mal que je ne voudrais pas.». Il faut ruser. Ils annoncent une Parole puissante, et il faut ruser pour ne pas se croire puissant.

Enfin, l’habit du mendiant oblige aussi à recevoir. Ainsi, les missionnaires ouvrent-ils le cœur de qui les accueille. Celui qui s’arrête sur le sort du mendiant est déjà ouvert à l’écoute. Une Parole de Dieu pourra être accueillie. Il est des gens, les plus pauvres aussi, qui sont disposés à tendre la main à celui qui n’a rien. Cette main tendue est une main saisie.

Saisi par celui qui n’a rien et tend la main, l’homme soucieux de son frère peut entendre une Bonne Nouvelle. Tu tends la main à ton frère, Dieu saisit la tienne. Quand ton frère saisit ta main qui lui donne ce que sa main tendue attendait, c’est Dieu qui te rattrape et te saisit. Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont les miens, c’est à moi que vous l’avez fait.

%d blogueurs aiment cette page :