Fête de Pentecôte

UnknownEcoutons de nouveau le récit de la Pentecôte. Imaginez cette Pentecôte en ce moment même dans notre cathédrale St louis. « Ils se trouvaient réunis tous ensemble [comme nous]. Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. »

Pourquoi ne se passe-t-il rien ? Serions-nous rebelles à l’Esprit ? Notre profession de foi serait-elle seulement de mot, mais pas dans les actes ? Ou bien sommes-nous aveugles, à ne pas voir les langues de feu, ou sourds, à ne pas entendre le violent coup de vent ?

 

Mercredi 7e semaine de Pâques

Unknown.jpegC’est par le don de Dieu que nous pouvons commencer à aimer, commencer à vivre une unité qui nous dépasse. C’est gratuitement que nous sommes appelés à la sainteté, consacrés avec le Christ et par lui à la vérité et à l’amour, transformés dans notre être, apprenant de lui ce que veulent dire une fidélité et une ouverture à la manière de Dieu.

Saint Mathias

imageLes lectures des derniers jours nous ont répété sous diverses formulations que Jésus nous a montré le Père, qu’il le connaît et qu’il en est le chemin.  Il a tellement fréquenté son Père, qu’il s’est décrit lui-même comme Dieu, né de Dieu, comme dans le Père.  Le Père et moi sommes un. Jésus nous démontre dans sa personne même, dans sa manière de nous apporter le Père, que notre mission première, celle des apôtres, du prêtre, des chrétiens, de chacune d’entre nous, c’est d’être dans le Père, alors nous aussi nous pourrons apporter Dieu. Simple!

7e Dimanche de Pâques

images.jpegLa fidélité est en pleine crise dans notre société moderne : la Foi est en crise ; les grands engagements, les engagements définitifs sont en crise et on ne croit plus trop à la fidélité car on préfère le changement, la nouveauté, la spontanéité, le ponctuel, les coups de cœur, l’instant présent plutôt que le passé ou l’avenir, l’instantané plutôt que la durée … Pas facile dans ce contexte-là de vivre la fidélité ou même d’y croire encore, et pourtant je voudrais aujourd’hui vous inviter à vivre la vraie fidélité en la faisant rimer avec 3 mots : unité, vérité, fécondité,   et en vous proposant 2 convictions : la fidélité ce n’est pas la fidélité au passé mais à l’avenir ; la fidélité ce n’est pas la tristesse de la routine mais la joie de l’approfondissement.

Ascension du Seigneur

 

imagesJésus nous confie sa mémoire. Il la confie à notre « critique », à notre foi.  Jésus nous quitte pour ne plus être en dehors de nous comme il l’était sur les routes de la Palestine mais pour entrer en nous. Il nous quitte pour prendre possession de son héritage qu’il s’est acquis au prix de son sang. Il nous quitte pour prendre possession de nos vies, pour faire de nous son corps, ses membres afin que nous devenions sa Présence pour les siècles à venir.  Dieu nous confie son histoire à raconter.

6e Dimanche de Pâques

imagesCe page est dangeureuse. Son auteur l’a tellement vécu qu’il en transforme les mots en ces lettres d’or que je prononcerai tout à l’heure : « ceci est mon corps.  Ceci est mon sang ». Si nous ne sommes pas prêts à risquer l’aventure de la mise à mort de nos « moi », à « vivre sans vivre en moi » (Jean de la Croix) à vivre sans nous plaire, nous auto-suffire, sans les chiendents que sont les rancunes, les revendications permanentes qui laissent entendre que nous sommes toujours malheureux, nous risquons devant cette page de nous en « aller tout triste » comme le jeune homme riche de l’Évangile, incapable de se détacher de lui-même, de ses biens de ces revendication personnelle, syndicale et corporative. Mais recevoir cette page, c’est nous offrir la grâce de nous entendre dire «  tu n’es pas loin du Royaume de Dieu ».

 

 

Mercredi 5e semaine de Pâques

images 20.25.54Quel renversement de nos regards que celui d’être mal greffé comme chemin pour porter un beau fruit. Il s’agit non plus de dégager cette beauté par nos propres moyens, par nos propres efforts, mais de la recevoir en nous en remettant entre les mains du maître vigneron. Le beau fruit est entièrement le résultat de l’expertise du maître de la vigne.

5e Dimanche de Pâques

images-1si nous nous reconnaissons dans une des trois premières catégories, le moment est venu de demander au Seigneur de nous faire évoluer dans notre foi. Acceptons qu’il nous greffe à nouveau à Lui si nous nous rendons compte que nous nous sommes éloignés, un peu à la fois, de la vie de l’Eglise et des sacrements ; acceptons qu’il nous traverse à nouveau par sa sève si nous nous sommes fermés sur nous-mêmes en contemplant nos péchés, nos échecs ; et laissons-le nous nettoyer si nos feuilles ont commencé à couvrir nos fruits, en leur empêchant de mûrir vraiment. 

Eh bien ce que je peu nous souhaiter c’est :  Courage ! Car c’est là tout notre intérêt, c’est là tout l’intérêt de Dieu : « C’est la gloire de mon père que vous portiez beaucoup de fruit et deveniez mes disciples » Jn.15, 8 Puisque l’Esprit est notre vie,que l’Esprit nous fasse aussi agir.

 

 

4e Dimanche de Pâques

Unknown.jpegUn prêtre donne donc à l’humanité tous les trésors de Jésus : sacrements, Parole de Dieu, amour paternel, attention, écoute, service. Le prêtre n’exerce pas sa tâche pastorale par un pouvoir. Veillez sur le troupeau non pas en faisant les seigneurs à l’égard de ceux qui vous sont confiés mais en devenant les modèles du troupeau (1 Pi 5,3).
Un bon pasteur n’est pas un chef mais quelqu’un qui donne sa vie pour les autres pour que tous donnent leur vie pour les autres puisque c’est en donnant sa vie pour les autres qu’on trouve Dieu et tout bonheur. « Je donne ma vie pour mes brebis » (1 Th 4,12). Et le prêtre, l’évêque exhorte, commande comme Paul et comme un père pour mener une vie digne de Dieu qui vous appelle à son repos et à sa gloire .

%d blogueurs aiment cette page :