Auteur : Abbé Patrick-Alexis PHANOR

Je suis Patrick-Alexis PHANOR prêtre de l’archi-diocèse de Fort-de-France à la Martinique. J’ai été ordonné le 28 octobre 2001 à la Cathédrale Saint Louis de Fort-de-France. Actuellement j’exerce mon ministère comme délégué épiscopal à la Musique liturgique, Maître de choeur et vicaire à la Cathédrale St Louis de Fort-de-France. N’hésitez pas à laisser vos commentaires et n’oubliez pas de vous abonner dans l’onglet à droite « s’abonner au blog via courriel » pour recevoir les nouvelles publications sur vos boîtes mails. Soyez richement béni et comblez des bénédictions dans le Christ Jésus.

Homélie Vendredi 11e Semaine

image.pngLe trésor enfin : qu’est-ce que c’est que ton trésor ? Eh bien ton trésor, c’est ta sécurité, c’est ton assurance, c’est ta pomme pour la soif, c’est là que tu vas puiser quand tu viendrais à manquer.  C’est quoi ton trésor ? Aujourd’hui ? Qu’est-ce qui te permet aujourd’hui de vivre sereinement ? ton 2ème pilier ? Ta maison pour tes vieux jours ? Tes enfants ? Tes amis? Tes talents ou tes ressources personnelles ? Ton Bac, ta Licence ton Doctorat ? C’est quoi ton trésor ? Ta confiance en Dieu ? Tes expériences de vie avec Lui qui t’ancrent dans une espérance indestructible ?
Pour savoir si ton trésor est sur la terre ou dans le ciel, il y a un moyen très simple : C’est l’énergie que tu mets pour le constituer ce trésor. C’est le souci qu’il te donne ce trésor. Si ton trésor de donne du tracas, du souci, des angoisses ou une dépense irraisonnée d’énergie, c’est qu’il est sur la terre ton trésor.

11eme Dimanche Ordinaire B

Unknown.jpeg« Qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. » Frères et sœurs bien-aimé, ce matin en me levant, puisque je de­vais prêcher, j’étais confronté à cette Parole. Je me suis dit : « en définitive, que je dorme ou que je me lève la semence grandit et je ne sais comment. » Puis­qu’il est de bon ton de faire un peu son auto-analyse, je me suis confronté pas simplement à moi-même, mais à la Parole de Dieu pour qu’il y ait quelqu’un en face qui puisse me dire quelque chose d’objectif, et je suis arrivé à la conclusion suivante : « que je prêche ou que je ne prêche pas, peu importe, la semence grandit. » D’ail­leurs si j’en étais à quantifier la répercussion que mes prédications, à plus forte raison celles de mes autres confrères, ont eue sur vous ou sur d’autres, cela n’aurait pas grand intérêt parce que plus d’une fois, c’est un secret, je vous l’avoue, mais vous ne le direz pas, on a l’impression de parler dans le vide, et d’ailleurs vouloir connaître les fruits c’est se croire indispensable. Donc que je dorme, que je me lève, qu’il parle ou qu’il ne parle pas, la semence grandit et je ne sais comment.

90 ans Fête de Paroisse des Terres St Ville St Antoine de Padoue

35348621_120844215479545_8300960099879354368_n.jpgChers amis Rendre grâce pour les 90 ans de fondations de votre communauté paroissiale pour le signe que saint Antoine de Padoue votre Saint patron a donné à travers sa vie, c’est reconnaître que l’annonce de l’Evangile dans laquelle il était particulièrement efficace par sa prédication, était étroitement liée à la conversion de sa vie.(Question êtes-vous une communauté qui évangélise en annonçant la Parole ? Êtes-vous une communauté ou la Conversion est visible ? Sur qui vous appuyez-vous sur le Christ ou les clans de chapelles ?) On ne peut pas témoigner que le Christ est le premier dans notre vie, on ne peut pas témoigner que le Christ est le fondement de tout bonheur humain, on ne peut pas témoigner que le Christ est la racine de toute activité si nous nous appuyons sur autre chose ou sur quelqu’un d’autre que le Christ. Ainsi, chacun et chacune d’entre nous, nous avons des conditions de vie, des contraintes, des devoirs, des charges, des missions à accomplir qui ne nous permettent pas de tout jeter par la fenêtre et de partir en sandales et en robe de bure. Ce n’est pas cela que Dieu nous demande. Cependant : Il nous demande de revenir au cœur de la foi, de chercher toujours, à travers ce que nous faisons, à travers les événements de notre vie, comment la volonté de Dieu se manifeste et s’exprime pour nous, de chercher toujours comment la Parole de Dieu est la première lumière à laquelle nous nous référons pour comprendre notre existence et pour l’orienter.

10e Dimanche Ordinaire B

imagesJésus ne se barricade pas derrière une loi pour se protéger. Sa notoriété ne repose pas sur ses origines. Il n’a aucune résidence officielle ni garde du corps pour le protéger. On sent qu’il est un  homme libre, libéré de tout pouvoir politique, économique, religieux. Il réforme ce qui est déformé (François, discours à la curie, 2016).

La foule pressent que Jésus ne désire aucunement usurper le pouvoir des autres. Il s’enfuit au désert quand on veut lui en donner. Elle pressent que cet homme n’a aucune prétention de se voir paré d’une couronne de pierres précieuses, qu’il ne cherche pas à s’élever au-dessus des autres, encore moins à s’asseoir sur un trône de gloire. Il n’écrase personne sous des lois. Pourtant, il trouble les Hérode de son temps et tout Jérusalem (Mt 2,3).

Fête du saint Sacrement

Unknown.jpegCette réflexion du pape François lors d’une audience récente est belle (4/4/18) : quand je sors de la messe je dois sortir meilleur que je suis entré avec davantage de vie, davantage d’énergie pour témoigner de Jésus. Sortir meilleur parce que je sors en «christophore».

Questions : avons-nous encore de l’émerveillement pour ce pain ? Avons-nous les yeux ouverts sur l’émerveillement d’un Dieu qui se donne en nourriture ?  Marc nous dit au verset suivant notre évangile que Pierre ne s’est pas toujours tenu en état d’émerveillement. Savons-nous avec émerveillement faire cela en mémoire de moi ? Je dépose ces questions dans la corbeille de vos cœurs où se trouve mélangée toute vie de foi.

De Dimanche en Dimanche, d’Eucharistie en Eucharistie, nous nous transformons en corps du Christ, en un Corps qui peut, lui aussi, se briser pour l’autre, se rompre et s’offrir en culte véritable au Dieu vivant, en faisant sa volonté jusqu’au bout : nous pouvons alors être libres d’aimer notre prochain, de pardonner, de servir.

 

Notre Dame de la Visitation

imageAujourd’hui plus que jamais, laissons-nous visiter. Forts de cette conviction que nous sommes aimés de Dieu, marchons sans nous arrêter à mi-chemin, marchons malgré les inévitables croix de la  route, marchons pour arriver à rencontrer Jésus dans les autres, pour leur manifester affection et tendresse, et la  joie que nous avons, d’avoir été visités par Dieu. Comment manifester cette joie ? En accomplissant des gestes de Miséricorde, de compassion, de respect.

Sainte Trinité

image.png

A chaque fête de la Sainte Trinité, me revient en tête l’image de trois allumettes jointes et allumées pour donner une seule flamme. Image utilisée par mon directeur du grand séminaire afin d’illustrer la réalité de la Sainte Trinité. Un seul Dieu en trois personnes ! Tel est le mystère de cette fête d’aujourd’hui, que chacun essaie de comprendre et d’expliquer à sa façon. On dit de saint Augustin qu’il s’évertuait à comprendre ce mystère. Un jour, se promenant au bord de la mer, il aurait rencontré un enfant qui creusait un trou afin d’y verser toute l’eau de la mer. A  Augustin qui se moquait de lui, l’enfant aurait répondu que l’insensé, c’était plutôt lui, Augustin, qui voulait à tout prix comprendre, avec sa petite tête, le mystère de la Trinité.

Homélie jeudi 7e Semaine

Dans sa récente exhortation sur la sainteté, le pape François pourfend ces nouveaux pélagiens pour qui tout dépend d’eux. Même en dehors de l’Église, l’Esprit suscite des signes […] qui aident les disciples du Christ (no9). Ces défenseurs de Jésus sont souvent habités par l’obsession de la loi, la fascination du pouvoir, le prestige de l’Église (no 57). Ils ne sont pas ouverts aux surprises de l’Esprit. Cela se produit, ajoute l’exhortation, quand certains groupes chrétiens accordent une importance excessive à l’accomplissement de normes, de coutumes ou de styles déterminés (no 58). Un tel agissement est l’une des formes subtiles de personnalités égoïstes.

 

Fête de Pentecôte

UnknownEcoutons de nouveau le récit de la Pentecôte. Imaginez cette Pentecôte en ce moment même dans notre cathédrale St louis. « Ils se trouvaient réunis tous ensemble [comme nous]. Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. »

Pourquoi ne se passe-t-il rien ? Serions-nous rebelles à l’Esprit ? Notre profession de foi serait-elle seulement de mot, mais pas dans les actes ? Ou bien sommes-nous aveugles, à ne pas voir les langues de feu, ou sourds, à ne pas entendre le violent coup de vent ?

 

%d blogueurs aiment cette page :