6e Dimanche de Pâques

imagesCe page est dangeureuse. Son auteur l’a tellement vécu qu’il en transforme les mots en ces lettres d’or que je prononcerai tout à l’heure : « ceci est mon corps.  Ceci est mon sang ». Si nous ne sommes pas prêts à risquer l’aventure de la mise à mort de nos « moi », à « vivre sans vivre en moi » (Jean de la Croix) à vivre sans nous plaire, nous auto-suffire, sans les chiendents que sont les rancunes, les revendications permanentes qui laissent entendre que nous sommes toujours malheureux, nous risquons devant cette page de nous en « aller tout triste » comme le jeune homme riche de l’Évangile, incapable de se détacher de lui-même, de ses biens de ces revendication personnelle, syndicale et corporative. Mais recevoir cette page, c’est nous offrir la grâce de nous entendre dire «  tu n’es pas loin du Royaume de Dieu ».

 

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :