2e Dimanche de l’Avent

« Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées, les passages tortueux deviendront droits, les chemins rocailleux seront aplanis… »

image.png

Publicités

Fête de l’Immaculée Conception

Unknown.jpeg

Quelle belle surprise Dieu nous offre en cette fête de Marie immaculée ! Dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, chaque fois que Dieu nous surprend, c’est pour annoncer un nouveau commencement dans l’histoire de la foi. Il intervient pour nous sortir d’une foi paralysante, figée dans l’immobilisme du «toujours faire comme avant » dit le Pape François. Se serait bien que plus d’un sur la Cathédrale entende cela sans récriminer et sans ronchonner à cause de notre nouveau mode de fonctionnement qui nous a peut-être fait perdre un petit pouvoir, mais Dieu ne renverse t’Il pas les puissants de leur trône pour élever les humbles. La routine et l’encrassement spirituel de nos paroisses qui devienne parfois les chasses gardées de untel et d’une telle siégeant sur son petit service, sa petite mission ou sa grande prestation hebdomadaire à assurer à la Messe dominicale.

 

Mardi 1er Semaine de l’Avent

images.jpegLe temps de Noël est un temps de préparation du cœur. Un cœur d’innocent, celui des tout-petits, celui des humbles. De ceux qui sont inspirés par la crainte du Seigneur, c’est-à-dire de ceux qui sont dans l’espérance continuelle de son Amour. Nous pouvons penser à la crèche qui reçoit le fragile bébé, l’enfant Roi. C’est là que l’Esprit aime jaillir, c’est là que sort le rameau de Jessé. C’est là que Dieu le Père vient nous consoler en y faisant fleurir la justice et nous donner sa paix jusqu’à la fin des lunes. C’est là qu’il nous donne son Fils. C’est ainsi que nous le voyons et nous l’entendons vraiment.

 

 

Lundi 1er Semaine de l’Avent

images.jpegLa foi du centurion nous conduit à rentrer à l’intérieur de nos cœurs d’où nos nombreuses insatisfactions nous font sortir si souvent. Comme l’exprimera Isaïe, le prophète de l’Avent de la naissance de Jésus, revenez à votre cœur (Is 46,8).Un moine trappiste du siècle dernier, saint Raphaël Baron (1911-1938), se demandait si le monde qui cherche Dieu savait ! Si les savants qui cherchent Dieu dans la connaissance intellectuelle savaient ! Si les hommes savaient où se trouve Dieu? Le centurion savait que ce n’est pas dans un lieu spécifique que grandit la foi, mais dans le temple de nos cœurs, ce qui nécessite souvent le passage de Jésus chassant de son temple en nous ce qui nous éloigne de lui.

Mercredi 34e Semaine Ordinaire

Unknown-2.jpeg

Prenons soin de cette perle divine, de ce trésor divin, de cette image de Dieu qui est en nous. Prenons soin de la perle divine qui est en chaque humain et en particulier prenons soin des plus petits afin qu’ils découvrent combien Jésus est solidaire de leur existence, non seulement en cette vie, mais éternellement.

 

Fête du Christ Roi

Unknown.jpegJe ne sais pas vous, mais moi j’ai toujours eu du mal avec cette expression. Depuis tout jeune, elle me semblait trahir la nature profonde de Jésus, lui dont j’admirais surtout l’humilité et la simplicité. Moi, c’était Jésus que je voulais suivre, non pas un roi tout puissant, un « Roi de l’Univers. »

 Imaginez un peu ma surprise, quand j’ai découvert, quelques années plus tard lors de mes études au Séminaire, que cet ‘‘univers’’ sur lequel il voulait régner, en fait, c’était moi, c’était ma vie. Pourquoi? Parce qu’il m’aimait, tout simplement, et que j’étais, moi, son univers à lui !

 

33e Dimanche Ordinaire B

Unknown-1Dans l’évangile de ce jour (Mc 13, 24-42), on ne considère la fin du monde que positivement. C’est le ciel qui est ébranlé, pas la terre. C’est lui qui semble devoir être bouleversé, et, même si, sans doute, la lumière des astres ne pourra plus éclairer la terre, rien n’en est dit. La parabole du figuier annonce l’été et sa fertilité, non l’hiver et l’absence de récoltes. On rassemble les élus des quatre coins du monde, de l’extrémité de la terre à celle du ciel ; on ne parle pas de damnés.

Sainte Elisabeth de Hongrie

Unknown« Sainte Élisabeth de Hongrie relie aussi le cœur et l’intelligence ». Elle n’est pas perdue au milieu de l’affectivité et de tout ce qui est sucre d’orge, elle fait fonctionner son intelligence. A la place de se démener, de se dépenser pour faire quelques actions caritatives sympathiques, elle va les ordonner, elle va le faire avec intelligence, avec un esprit synthétique. Elle va chercher de l’argent, elle va fonder des hôpitaux pour que l’action caritative soit objectivement féconde.

%d blogueurs aiment cette page :