24e Dimanche Ordinaire B

UnknownJe sais ce que tu vas me dire dans un élan de fausse humilité : le seul qui mérite les applaudissements, c’est Jésus. À Lui seul revient la gloire. Oui ! Par contre Lui, Il n’aime rien de plus que de partager sa gloire. Il l’a dit lui-même : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père, et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai. » Jn 14

Publicités

Mercredi 23e Semaine Ordinaire

UnknownLes béatitudes nous font mal. On a beaucoup de difficulté à les dire parce qu’elles nous condamnent. Et elles nous condamnent parce que nous les vivons très peu. Cela nous pose une des questions redoutables quel groupe humain, quelle société, quel régime a eu le courage un jour, de prendre les béatitudes comme loi ? Ce serait trop beau. Quel homme vit les béatitudes jusqu’au bout ? alors qu’au contraire nous voyons que les rapports avec les hommes sont faits de force et de violence, et que la brutalité les marque de plus en plus. Saint Luc ne préconise pas la misère, ni l’affliction, ni la faim, mais il les préfère à leurs contraires, si ceux-ci peuvent nous égarer.

 

23e Dimanche Ordinaire

OPEN-your-ears-415x415.jpg« Effata ! Ouvre-toi !» nous dit l’Évangile de ce jour. ‘L’Effata’ de l’Évangile s’adresse à tous.

Il s’adresse à tous ceux et celles d’entre vous qui souffrent et subissent plus durement la crise, et qui s’enfoncent silencieusement dans l’épreuve. « Effata ! », qu’ils osent parler et se confier. Que la communauté́ des hommes leur redonne place et dignité́, selon l’appel de Jacques que nous avons entendu en seconde lecture. « Dieu, lui, n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres aux yeux du monde pour en faire des riches dans la foi, et des héritiers du Royaume promis par lui à ceux qui l’auront aimé́ ? »

22e Dimanche Ordinaire B

Unknown.jpegLa Bonne nouvelle peut-être difficle à entendre ou plutôt à comprendre l’Evangile, désacralise toute chose, annonçant un Dieu qui n’est pas séparé de l’homme, mais un Dieu qui se fait homme pour que l’homme soit Dieu. Si l’on ne peut certes pas confondre Dieu et l’homme, on ne peut plus non plus les distinguer, les séparer, les opposer.

Martyre de saint Jean Baptiste

images

  • Fête des saints. Août : Martyre de Saint Jean Baptiste

« Car c’était lui, Hérode, qui avait donné l’ordre d’arrêter Jean et de l’enchaîner dans la prison, à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe, que lui-même avait prise pour épouse. En effet, Jean lui disait : « Tu n’as pas le droit de prendre la femme de ton frère. » »

Frères et sœurs, s’il ne faut pas attendre la mort pour mourir,
il ne faut pas non plus attendre
qu’on nous coupe la tête pour perdre la tête.

21e Dimanche Ordinaire

imagesDieu va diviniser ce que nous avons humanisé. Il a reçu, Il va se faire don et nous l’accueillerons en nos corps pour faire de nos vies un Temple et à nouveau un don. Car l’Eucharistie n’a de sens que lorsqu’elle se termine par l’envoi en mission .  Voilà soeurs et frères, cette sensibilisation de la conscience que je vouslais vous faire toucher, pour ne pas transformer la relation sexuelle en acte uniquement de plaisir éphémère mais comme une déclaration d’amour, faite dans le respect mutuel pour exprimer et consolider nos sentiments. Et dans cette acte de communion et d’action de grâce découvrir  que ce n’est pas l’harmonie sexuelle qui constitue l’amour de l’époux et de l’épouse. Ce qui constitue l’amour de l’époux et de l’épouse, c’est le choix personnel que chacun fait de l’autre, et c’est un choix spirituel. Mais ce choix spirituel assume le don des corps, et implique donc nécessairement une dimension passionnelle et sensible, allant jusqu’à l’instinct sexuel. Cet instinct sexuel est essentiel, mais second, l’amour spirituel étant premier. Si cet amour spirituel et ce choix spirituel ne sont pas toujours en acte et toujours victorieux de la passion, la passion reprendra tous ses droits. Et si l’on n’y prend pas garde, elle deviendra primordiale.

 

Saint Barthélémy

images« Je t’ai vu sous le figuier », Nathanaël (Jn 1,48).
Je t’ai vu quand tu méditais la Parole.

« Et toi, Je t’ai vu dans ton studio ; ta villa

Je t’ai vu dans ta cellule de religieux ; dans ton officine
Je t’ai vu dans l’église ou dans le TCSP ;
Je t’ai vu quand tu méditais la Parole »
pourrait nous dire Jésus ce jour.

 

 

Je vous donnerai un coeur de chair

imagesQuand on dit de quelqu’un qu’il a un « cœur dur comme la pierre », on veut dire qu’il est insensible, que rien ne peut le toucher ou l’émouvoir, qu’il est fermé à toute compassion et à tout amour… Mais, ce « cœur de pierre », n’est-ce pas souvent notre réalité ? Nous pouvons alors, à l’aide de nos textes bibliques, tenter de porter un diagnostic sur ce que nous vivons : Pourquoi nous forgeons-nous, dans nos relations avec Dieu, avec les autres, avec nous-mêmes « un cœur de pierre » ? Pourquoi nous blindons-nous dans la vie au point d’être incapables d’accéder à la profondeur de nos sentiments intérieurs ? Quelles peurs, quelles résistances sont derrière ce besoin impérieux de protection ? Mais le diagnostic n’est pas là pour que nous soyons écrasés, à terre, mais il est posé en vue d’une thérapie, d’une guérison. Dieu nous promet d’ôter le cœur de pierre, qui est le nôtre, pour nous donner un cœur de chair, un cœur qui se laisse toucher, émouvoir, qui s’ouvre à la compassion et à l’amour. Selon la traduction de la Bible en français courant, c’est le passage d’un cœur « insensible comme la pierre » à un « cœur réceptif ».

 

Marie Reine

Marie-Reine.jpg

Marie-Reine, jadis célébrée le 31 mai est transférée aujourd’hui au 22 août, constituant ainsi une sorte de jour Octave de l’Assomption, en remplacement de la fête du Cœur immaculé de Marie, devenue aujourd’hui mémoire facultative.

Les litanies le chantaient depuis des siècles: « Reine des anges… reine des patriarches … reine des apôtres … » Le Pape Pie XII ne fait que reprendre cette longue tradition en instaurant la fête de « Marie, reine », en 1954. (nominis.cef.fr)

Saint Pie X

Unknown« Seigneur, tu poses sur chacun de nous un regard d’Amour qui nous appelle à nous attacher à toi et à mettre nos pas dans tes pas. Nous en percevons toute l’exigence et notre impuissance à marcher à ta suite nous saute aux yeux. Que la tristesse qui découle de ce constat ne nous accable pas. Au contraire, que nous sachions rebondir pour élever notre regard vers toi afin d’implorer le secours de ta grâce qui seule peut nous sauver. »

 

 

%d blogueurs aiment cette page :